Joyeuse fête de l’indépendance de la Colombie

Joyeuse fête de l’indépendance de la Colombie ! Chaque année, la Colombie célèbre cette fête nationale le 20 juillet en commémoration des événements qui se sont produits à la même date en 1810. Un soulèvement a eu lieu à Bogota ce jour-là. Il est considéré comme l’élément déclencheur qui a ouvert la voie à l’émancipation par rapport à l’autorité espagnole.

Les communautés et les familles se rassemblent pour célébrer avec des parades, des fêtes, de la musique et bien plus ! Si vous prévoyez d’envoyer des fonds chez vous pour faire plaisir à vos amis ou à vos proches, Azimo peut vous permettre d’économiser de l’argent sur votre transfert grâce à nos frais très bas.

Alors intéressons-nous à l’histoire passionnante de cette journée spéciale qui a marqué le début de la lutte pour l’indépendance – avec un vase à fleurs.

Des années de troubles

Les Espagnols ont découvert et colonisé la Colombie entre la fin du 15e siècle et le début du 16e siècle.

Le ressentiment et le mécontentement ont grandi au sein du peuple colombien après des années sous la domination espagnole. Toute cette tension a finalement atteint son paroxysme quand Napoléon Bonaparte a envahi l’Espagne et placé son frère Joseph sur le trône en 1809. Il a limité le commerce du pays et avantagé la noblesse espagnole, n’accordant aucune voix ni aucun pouvoir au peuple colombien.

Dans toute la région, des rébellions ont éclaté et des déclarations de commandants militaires (appelés « juntas ») ont eu lieu. Ce n’était qu’une question de temps avant que ce mouvement n’atteigne la capitale à Bogota.

Des combattants de la liberté et un vase à fleurs

Le peuple de Bogota a élaboré un plan en deux parties pour déclencher une émeute et prendre le contrôle du gouvernement. Dans la première partie, quelques Colombiens devaient demander à un riche marchand espagnol, Joaquin Gonzalez Llorente, un vase à fleurs. La seconde partie devait se produire au même moment. Un homme appelé Joaquin Camacho devait se rendre au palais du vice-roi et demander une audience sur l’indépendance colombienne.

Comme ils l’avaient correctement prédit, les deux parties se sont vu opposer un refus strict. Les combattants de la liberté sont alors descendus dans les rues, hurlant le manque de respect des Espagnols. Après toutes ces années de troubles, et des juntas déjà formés partout dans le pays, la population est rapidement arrivée pour inciter une émeute.

Les patriotes, désormais soutenus par la foule en colère, se sont rendus au palais où se trouvait le vice-roi Amar y Borbon. Il n’a pas eu d’autre choix que de satisfaire leurs demandes : Borbon a donc signé un décret permettant aux conseils locaux de diriger, limitant ainsi l’autorité espagnole.

Cette semi-indépendance est ensuite devenue permanente en 1819 avec l’aide des combattants de l’indépendance Simón Bolívar et Francisco de Paula Santander lors de la bataille de Boyaca. Bien qu’elle se soit produite 9 ans après les événements de Bogota, le peuple a choisi le 20 juillet comme la date ayant réellement marqué la séparation de la domination espagnole.

Aujourd’hui, chaque année, de grands événements ont lieu partout dans le pays : des fêtes, des parades et des célébrations ainsi que le fameux Grand concert national. La demeure du riche marchant, Gonzalez Llorente, est en outre devenue le « Musée du 20 juillet ». C’est là que différents documents et objets datant de l’époque de l’indépendance colombienne peuvent être observés.

Permettez à votre famille et vos proches de célébrer en beauté cette fête de l’indépendance colombienne – envoyez-leurs de l’argent maintenant qu’ils pourront retirer instantanément !